Pour un amateur de yacht comme pour un fan des Canadiens, ce qui se passe au deuxième étage est d’une importance capitale. En fait, pour plusieurs amateurs de moto­nautisme, la différence entre un yacht et un cruiser se définit principalement par la présence ou l’absence d’un ni­­veau supé­rieur, communément appelé flybridge. Sur le plan visuel, une coque surmontée d’un flybridge a automatiquement l’air plus impressionnante, donnant au bateau une allure plus imposante. On a même l’impression que la présence d’un flybridge rend le bateau plus difficile ou délicat à piloter. Pourtant, c’est le contraire qui est vrai. La visibilité offerte par un poste de commande au niveau supérieur est sans égal. Le capitaine peut habituellement voir les quatre coins du bateau à partir de son siège. Il peut aussi voir beaucoup plus profondément dans l’eau grâce à la vue plongeante et donc plus favorable dont il bénéficie comparativement à un poste de commande classique. À l’origine, le flybridge était d’ailleurs un ajout en altitude pensé d’abord pour le capitaine d’un bateau de pêche offshore et se limitait à un poste de commande rudimentaire, exposé aux éléments et accessible par une précaire échelle souvent à la verticale.

Le poste de commande intérieur à double siège abrite le capitaine des intempéries et bénéficie de la climatisation quand il fait très chaud.

Au fil des ans, le concept du flybridge a évidemment beaucoup évolué. De nos jours, l’avantage pratique demeure mais c’est au niveau de l’agrément et du luxe que la magie opère. Le spectaculaire Sea Ray 460 Fly est un excellent exemple du chemin parcouru et de l’attrait qu’exerce un flybridge de design contemporain. 

On accède à la superstructure du 460 Fly en grimpant un escalier/échelle situé juste devant les marches menant de la plateforme de baignade au cockpit. L’ascension est plutôt abrupte mais cette approche mini­maliste permet de maximiser l’espace au niveau du pont arrière. Une fois la dernière marche franchie, on remarque immédiatement la grande banquette en U et la table qui monopolisent le côté arrière droit du pont supérieur. Il y a une pratique petite cuisine pour préparer un goûter, ce qui limite les transferts vers la cuisine principale en bas.  Le poste de commande est juste devant sur la gauche, ce qui surprend un peu puisqu’ ha­bituellement ce dernier se situe sur le flanc droit ou au centre du flybridge. La console affiche tout l’équipement voulu, incluant des affichages Raymarine à fonctions multiples, et on s’imagine mal vouloir prendre les commandes ailleurs que là. Le tout est flanqué d’un accueillant double siège, parfait pour relaxer en regardant défiler le paysage. La grande surface horizontale juste devant ce siège est utile pour consulter des cartes. Quand la météo est de votre côté, le flybridge de ce Sea Ray est vraiment spectaculaire et constitue une aire de divertissement extérieur on ne peut plus agréable.

Avec des fenêtres des deux côtés, la spacieuse et confortable cabine des maîtres reçoit beaucoup de lumière naturelle.

De retour en bas au niveau du cockpit, on découvre un second espace qui se prête lui aussi très bien aux réceptions. La grande banquette en L entoure une table amovi­ble en forme de triangle. Ce design permet d’utiliser la table sans nuire au passage de la plateforme jusqu’à la porte coulissante menant au salon.
   

Grâce à la généreuse fenestration, l’intérieur est très clair et s’inscrit en continuité parfaite avec le pont arrière, ce qui est super quand on reçoit à bord. La cuisine est de chaque côté juste en entrant et offre des appareils en inox, des armoires moder­nes et une grande surface de comptoir. Juste à l’avant, le poste de commande intérieur offre un siège double et une instrumentation complète. La visibilité est bonne et le capitaine appréciera sa présence quand la température est maussade ou encore lorsqu’il fait très chaud (vive la climatisation).

Le comptoir de droite de la cuisine assure un lien pratique entre l’extérieur et l’intérieur.

Une banquette en L flanque le poste de commande et une autre plus petite s’étend longitudinellement derrière. La télé à écran plat est accrochée au-dessus du comptoir au coin arrière droit. Un court escalier mène au niveau des cabines en bas.

La cabine des maîtres pleine largeur est spacieuse et dotée d’un lit queen en îlot. Chaque membre du couple a droit à sa penderie sur son côté du lit (à moins que madame ne monopolise les deux…). Il y a beaucoup de rangement, incluant des tiroirs. La salle d’eau privée attenante est équipée d’une douche séparée et offre des armoires spacieuses.

La cabine des invités est en avant au niveau de la pince. Elle est équipée d’un
lit queen en îlot qui présente une particu­larité ingénieuse. Ce lit se sépare en effet en deux couchettes disposées en V. Cet arrangement est pratique pour des enfants ou petits-enfants ainsi que pour des invités qui ne sont pas en couple.   

La propulsion de base du Sea Ray 460 Fly est assurée par une paire de moteurs diesel Cummins Titan QSB de 6,7 litres produisant 550 chevaux chacun. Des embases v-drive transfèrent la puissance aux hélices. Si vous désirez profiter d’un système de contrôle par joystick, il faut opter pour un ensemble Zeus à moteurs de 480 chevaux. Le Sea Ray 460 de base performe très bien et se montre facile à conduire, mais pour un capitaine de moindre expérience, l’option Zeus avec joystick est vraiment attrayante puisqu’elle facilite grandement la conduite à basse vitesse.

Le Sea Ray 460 Fly est un yacht tout à fait moderne qui combine une allure classique aux plus récentes tendances dans le domaine. Il offre beaucoup d’espace pour faire la fête avec plusieurs invités, tout en proposant un aménagement spacieux et accueillant si vous invitez un couple à se joindre à vous pour une croisière. Sans oublier que vu du flybridge, le spectacle du soleil se couchant à l’horizon prend une dimension encore plus féérique. h