Un yacht spectaculaire qui combine style,substance et une certaine grâce

 


Quand vient le temps de concevoir un nouveau bateau, Sea Ray Boats privilégie une approche qui n’a rien de révolutionnaire et qui a fait ses preuves chez de nombreux fabricants : combiner expérience acquise et innovation pour créer un bateau qui arrive à se démarquer de la concurrence.

Ce qui distingue Sea Ray de plusieurs de ses rivaux c’est que, étant donnée la variété incroyable de sa gamme, le réputé chantier américain applique cette philosophie à des modèles à première vue diamétralement opposés.

Philosophiquement parlant, Sea Ray accorde autant d’importance à l’innovation et la qualité quand il lance un nouveau bowrider d’une vingtaine de pieds que quand il accouche d’un nouveau yacht de plus de 50 pieds. Mais évidemment, ses concepteurs ont passablement plus de marge de manoeuvre pour s’exprimer et sortir des sentiers battus quand ils conçoivent un yacht spectaculaire comme ce L-650 Fly.

Le mot spectaculaire s’applique à tous les niveaux quand on veut décrire ce flamboyant Sea Ray. Il est spectaculaire quand on l’observe dans son ensemble, et il est spectaculaire quand y regarde de plus près pour en examiner les divers éléments. Puisqu’il faut commencer quelque part, débutons notre tournée tout en haut, installé aux commandes sur le spectaculaire (encore ce mot…) flybridge.

C’est ici que la plupart des propriétaires et invités vont sans doute choisir de passer le plus clair de leur temps, tant en naviguant qu’en relaxant au mouillage. La vue est imprenable sur 360 degrés, obstruée très légèrement par les montants du roof. Le capitaine a droit à un baquet simple côté bâbord, juste à l’avant du centre du flybridge. La vue de tout le flanc gauche du bateau est parfaite, tout comme vers la plateforme derrière grâce à l’ouverture de l’escalier. Juste devant s’étend un immense bain de soleil entouré d’un robuste balcon.

Tout est là pour dorloter et divertir vos invités, incluant de nombreuses places assises, un coin repas, une seconde table, une télé, une machine à glaçons… Ajoutez le soleil, et on n’a vraiment pas le goût de quitter le fly. Au bas de l’escalier on trouve une grande banquette centrale avec table, offrant à chaque extrémité un passage vers la plateforme hydraulique. Ce double accès est important parce qu’avec un yacht de cette taille, on n’a pas nécessairement le choix du côté où se fait l’accostage.

La plateforme est assez grande pour y organiser une danse. Dans sa position normale juste au-dessus de la surface, elle offre un accès facile à l’eau. On note aussi l’accès vers la cabine de l’équipage logée dans le tableau et dotée d’une salle d’eau très pratique.

Une double porte en verre s’ouvre sur le salon, comme si l’on passait de la terrasse. Avec la généreuse fenestration, on a à peine l’impression d’être à l’intérieur. Le décor est superbe et malgré les généreux passavants dehors, il y a beaucoup d’espace pour bouger grâce à la large coque de 17 pieds. Le poste de commande intérieur est superbement réalisé et doté d’une surprenante visibilité, mais il n’a pas le charme de celui d’en haut.

Un escalier central mène vers le niveau inférieur où les quatre cabines font pâlir d’envie la plupart des condos du centre ville de Montréal. La cabine des maîtres pleine largeur est située vers le centre du bateau, en gros sous le poste de commande intérieur.

Pour résumer, disons qu’elle est somptueuse. Vers l’avant se trouvent les deux cabines d’invités, situées de chaque côté du bateau, avec chacune une salle d’eau fermée juste à l’avant et des lits jumeaux se convertissant en lit queen. La cabine secondaire est tout à l’avant de la coque, avec un lit en îlot dont la tête est appuyée sur la pince.

Sea Ray a voulu que son L-650 s’impose en tant qu’ensemble, ce qui se traduit par son équipement très complet et l’unique choix au niveau de la propulsion. La grande chambre des machines abrite donc une paire de gros six cylindres en ligne diesel quatre temps Caterpillar C18A, produisant chacun pas moins de 1 150 chevaux ou 847 kW. Ils ont ce qu’il faut pour mener le L-650 partout où quelqu’un pourrait désirer aller.

Derrière les moteurs, on note la présence d’une costaude génératrice Onan de 27,5 kW, qui est elle aussi livrée de série. Cette puissance est nécessaire pour alimenter le système de climatisation de 90 000 BTU du bateau, et surtout pour fournir en énergie les deux gros gyro stabilisateurs Seakeeper qui sont chargés de contrer tout roulis pouvant déranger vos invités durant l’heure du cocktail. Comme nous l’avons dit au début, ce Sea Ray est spectaculaire.

Vous êtes d’accord, mais vous le trouvez un tantinet trop gros ? Pas de problème, vous serez heureux d’apprendre que la classe L de Sea Ray propose aussi un modèle 590.