Le pêcheur professionnel Patrick Campeau ne se fie pas uniquement sur sa mémoire. Pour connaitre le succès, il ne faut rien laisser rien au hasard. Les écrits restent…

Un jour, un sage a dit : « Les paroles s’envolent et les écrits restent » . Cette citation, très logique, s’applique à merveille à notre sport préféré. La mémoire étant une faculté qui oublie, il faut donc s’organiser pour conserver des informations que l’on pourrait oublier.

À combien de reprises, êtes-vous arrivé sur votre plan d’eau préféré et vous avez eu des blancs de mémoire ? Avec quel leurre ai-je capturé mes poissons lors de ma dernière excursion ? De quelle couleur était-il ? Où était ce fameux site qui avait été si productif ? 

Avant même de partir à l’aventure, il est important d’avoir des infos pour établir notre stratégie de pêche

Que ce soit pour vous remémorer vos techniques de pêche ou pour vous permettre d’analyser les conditions environnantes comme les vents, le temps de l’année, les phases lunaires, etc., vous devez être en mesure de pouvoir vous fier sur un guide qui vous fera sauver du temps et capturer plus de poissons. 

Je vous présente donc un livre de bord complet que vous pourrez utiliser et modifier en fonction de votre type de pêche. Vous augmenterez automatiquement vos connaissances et capturerez, à la longue, plus de poissons, car vous serez en mesure d’analyser en profondeur les différentes conditions. Ça ne prend que quelques minutes à la fin de la journée pour répondre aux questions suivantes et le tour est joué.


Ces Garmins vous livrent une multitude
d’infos à noter
  • Nom du plan d’eau: Inscrivez le nom du plan d’eau visité. N’hésitez pas à ajouter des détails pertinents pour mieux vous situer.
  • Date: Inscrivez la date. Vous pourrez ainsi comparer les résultats à différentes périodes de l’année.
  • La saison vous semble en avance, à temps ou tardive: Ceci vous aidera à comparer deux excursions annuelles aux mêmes dates.
  • Mes résultats de cette année ont été … : Vous pourrez ainsi comparer vos résultats de l’excursion avec ceux obtenus au préalable.
  • Le niveau de l’eau est … : Cet élément comparatif, vous aidera à comprendre la migration des poissons selon la fluctuation des eaux. D’année en année, vous saurez que lorsque l’eau est haute, les poissons se retrouvent dans un certain type d’environnement. Vous pourrez faire la même analyse à l’eau basse. Après quelques excursions, il vous sera plus facile de les localiser.
  • La couleur de l’eau est … : En fonction de la couleur des eaux, vous utiliserez des leurres de couleurs différentes. Une règle générale nous indique qu’en eau claire, on utilise des leurres de couleurs naturelles, comme le brun, le vert foncé, le gris, etc. En eau foncée ou brouillée, on utilisera des leurres de couleurs vives comme le chartreuse, le jaune, l’orange, etc. Plus l’eau est brouillée, plus le pêcheur a avantage à utiliser des leurres sonores afin d’attirer l’attention des poissons. À l’opposé, la présence des moules zébrées a pour effet de rendre l’eau beaucoup plus translucide. Ces êtres venus de l’autre continent filtrent plusieurs litres d’eau par jour, ce qui a pour effet d’éliminer plusieurs particules en suspension et beaucoup de plancton. 


Prenez quelques minutes pour compléter votre livre de bord
  • Y a-t-il des conditions environnantes qui vous semblent anormales: Notez tout changement qui peut avoir une certaine influence sur l’environnement. Par exemple, des castors ont bâti un gros barrage qui dévie le courant habituel. Il y a soudainement beaucoup plus de pression de pêche. Des ouvriers s’affairent à la construction d’un pont, d’un quai, etc.
  • Phase lunaire … : Il est reconnu que les poissons coopèrent beaucoup plus trois jours avant et trois jours après la nouvelle et la pleine lune. En fonction de ces renseignements, vous pourrez faire vos propres constatations et analyses. Vous pouvez connaître d’avance les phases lunaires en consultant des almanachs, revues spécialisées, etc.
  • Conditions atmosphériques … : Selon les conditions météo qui perdurent, vous serez en mesure d’évaluer les effets positifs et négatifs que mère nature occasionne.
Les données relatives au fil de pêche et aux leurres sont essentielles
  • Les vents sont … : Lorsque le vent est violent, certaines techniques de pêche sont difficiles à pratiquer. Les poissons réagissent différemment selon les conditions. Ils se déplaceront souvent vers la rive, là où le vent se défoule. À l’opposé, lorsqu’il n’y a aucun vent, on peut faire face à une mer d’huile. Ce genre de situation nous permet d’utiliser d’autres types de leurres et de techniques.
  • Le vent est prédominant de … : On sait que lorsque le vent vient de l’ouest, les poissons mordent bien. Lorsqu’il vient de l’est, ils mordent moins et lorsqu’il provient du nord-est, nord-ouest, sud-est ou sud-ouest les conditions sont variables. Inscrivez la direction du vent afin de vous monter une banque de données qui pourrait devenir très intéressante. Si le vent provient par exemple du nord-ouest, cochez la case nord et la case ouest. 
  • La pression barométrique est … : Il ne s’agit pas ici de connaître les fluctuations barométriques pour tenter de deviner les conditions météorologiques à venir. On peut toujours s’en servir à cette fin, mais on tentera plutôt de découvrir comment les poissons réagiront en fonction de cette pression. La pression barométrique moyenne est de 101 kPa (Kilopascal). Les poissons sont habituellement en pleine activité lorsque la pression se situe entre 100 et 103 kPa. Lorsque la pression commence à chuter pour une courte période de temps, ordinairement juste avant un front froid ou une averse, les poissons sont habituellement hyperactifs. Lorsque l’on subit une pression supérieure à 103 kPa, les poissons sont habituellement inactifs et difficiles à capturer. Si vous ne possédez pas de baromètre, vous pouvez consulter votre téléphone intelligent. Plusieurs sites et applications vous donneront l’heure juste à ce sujet. Vous pourrez ainsi prendre en note les fluctuations barométriques lors de votre séjour.
  • Endroit de pêche visité: Soyez le plus précis possible. Il vous sera ainsi plus facile de retrouver cet endroit de pêche.
  • L’heure de votre visite: La pêche est souvent meilleure au début et à la fin de la journée. Il ne faut pas oublier qu’en fin de journée, il y a souvent des éclosions d’insectes qui attirent particulièrement les salmonidés. Étant donné que les eaux deviennent plus sombres, ceci a pour effet d’augmenter le niveau de sécurité des prédateurs pour chasser, ils se sentent moins facilement repérables. Le soir également, les eaux deviennent plus calmes, il est donc plus facile pour les poissons de localiser leur proie. Durant la journée, les eaux plus claires deviennent un facteur dissuasif pour les poissons. Certains poissons, comme le doré, sont lucifuges, c’est-à-dire qu’ils fuient les rayons du soleil. Les différentes heures de visite ont un impact direct sur les résultats de pêche (lorsque les conditions sont idéales).
  • La durée: À votre retour, examinez ce facteur. Vous vous apercevrez peut-être que vous n’êtes pas demeuré assez longtemps à un endroit en lui donnant vraiment une chance d’être productif. Vous réaliserez peut-être également que vous êtes resté trop longtemps à un autre endroit.
  • La profondeur: Grâce à votre sonar, indiquez les profondeurs auxquelles vous avez capturé vos poissons. Donnez une valeur minimale et une valeur maximale, par exemple: de 3 à 5 mètres.
Les résultats suite à l’analyse des notes de l’excursion de l’année précédente
  • Fil à pêche: Identifiez le calibre de fil à pêche que vous utilisez. À long terme, vous réaliserez, en regardant votre livre de bord dûment complété, que vous capturez plus de poissons avec du petit fil et un bas de ligne en fluorocarbone.
  • Technique utilisée: Avez-vous pêché à la traîne, à la dandinette, au lancer, au Downrigger, etc… soyez le plus précis possible.
  • Leurre utilisé: Soyez le plus concis possible afin que vous sachiez exactement quels leurres utiliser lors de votre prochaine excursion.
  • Couleur: Indiquez la couleur de l’offrande qui a occasionné le plus grand nombre de touches.
  • Grosseur: Il est important de savoir si vous avez utilisé une tête plombée ½­­ ou de ¼ d’once. S’agissait-il d’un LiveTarget de 90 ou 115 millimètres, etc. Avant votre prochaine sortie de pêche, vous pourrez vérifier si vous avez suffisamment de ces fameux leurres dans votre coffret de pêche.
  • Résultats: Expliquez avec exactitude les résultats que vous avez obtenus.
  • Position GPS: Il serait sage de mettre en mémoire, puis de noter les positions exactes de vos «spots» en latitude et en longitude. Votre GPS vous ramènera directement à cet endroit lors de votre prochaine excursion. Vous pouvez même indiquer les «passes» que vous avez faites à la traîne ou à la dérive. Ce qui est fantastique, c’est que vous pouvez divulguer à un confrère, les endroits stratégiques avec une très grande précision. 
  • Faites un croquis de votre endroit de pêche. Il est relativement simple de griffonner un petit croquis explicatif de l’endroit que vous avez exploité. Il s’agit du moyen le plus sûr de ne pas vous tromper et de retourner directement au bon endroit. Si vous comprenez suffisamment votre sonar, faites plusieurs passes sur votre «spot», puis dessiner les reliefs sous-marins. Indiquez également s’il s’agit d’une pointe de roches ou de sable, du contour d’une île, d’une île sous-marine, d’un passage entre deux plans d’eau, d’un barrage, d’une chute, d’un rapide, d’une structure quelconque, de l’entrée d’une baie, d’herbiers, d’un rocher escarpé, d’un amoncellement de rochers submergés, de la jonction entre un ruisseau ou une rivière dans un lac, d’un pilier de ponts, d’un quai ou d’une autre réalisation humaine, d’un endroit ombragé, d’une source sous-marine, d’une démarcation de la couleur de l’eau, d’une berge creusée vers l’intérieur, etc. 
  • Ce qu’il bouffe : Une fois à domicile, si vous éviscérez vos captures, notez leur contenu stomacal. Vous pourrez ainsi facilement choisir une offrande qui imitera leur source préférée de nourriture. 

Le meilleur truc que j’ai trouvé au fil des ans pour trimballer ce livre de bord est très simple. Faites-vous d’avance plusieurs photocopies de ces feuilles de route. Par la suite, introduisez-les dans une couverture acétate transparente. Vous n’avez qu’à les retirer de cet étui pour inscrire vos données, puis de les réinsérer afin de les protéger de toutes intempéries.      

Vous pensez que de répondre à ces questions est laborieux, peut-être ? Mais avec toutes les informations pertinentes que vous amasserez, vous aurez, à coup sûr, de meilleurs résultats. 

Si vous aspirez à devenir un meilleur pêcheur, vous avez ici une occasion en or. Ne manquez pas le bateau.

Bonne pêche !

Patrick Campeau
Pêcheur Professionnel


Patrick Campeau

Pêcheur professionnel Champion provincial à trois reprises Membre intronisé au Panthéon canadien de la pêche Pour commentaires et/ou questions, vous pouvez  contacter Patrick par courrier électronique à 

WWW.PCAMPEAU.COM 

ou le suivre sur  WWW.FACEBOOK.COM/LAPASSIONDEPATRICKCAMPEAU

SHARE
Previous articleSylvan M3 CRS
Next articlePropulsion