Noyade et gilets de sauvetage

Le message qui ne semble pas être entendu.

Lorsque vous lisez un article au sujet de la navigation de plaisance, vous y trouvez inévitablement des renseignements sur les gilets de sauvetage et les vêtements de flottaison individuels (VFI). En fait, au fil des ans, des milliers d’articles ont été rédigés sur la sécurité nautique et l’importance du port des gilets de sauvetage. Pourtant, le message ne semble pas être entendu par les navigateurs. Voici donc quelques mots de plus sur le sujet.

Selon le dernier rapport sur les noyades de la Croix-Rouge canadienne, en 2019, au Canada, 87 % des victimes de noyade survenues lors d’incidents de navigation de plaisance ne portaient pas de gilet de sauvetage. De plus, 36 % des victimes de noyade en bateau avaient consommé de l’alcool et 34 % étaient seules.

En me préparant à écrire cette chronique, j’ai remarqué que le nombre de cas de COVID-19 était à nouveau en hausse et il semble que la plupart, sinon tous les salons du bateau, vont être annulés cet hiver. Les projets de voyage vers des destinations tropicales, où l’on s’étend sur les plages et où l’on s’amuse en bateau, devraient aussi être abandonnés. Pour satisfaire vos envies hivernales d’en apprendre plus sur la navigation de plaisance, j’ai pensé que le moment était venu de revoir l’utilisation des gilets de sauvetage et des VFI sur votre propre bateau.

Nous savons tous, bien sûr, qu’il doit y avoir à bord un gilet de sauvetage ou un VFI, de taille appropriée, pour chaque personne présente sur votre bateau. Ils doivent être facilement accessibles, et vous devez apprendre à vos invités comment les enfiler en cas de besoin. Sauf dans des circonstances extrêmes, les accidents de bateau et le moment où le port d’un gilet de sauvetage sera nécessaire sont imprévisibles. Vous ne savez jamais quand vous en aurez vraiment besoin.

Si vous avez visionné de nombreuses vidéos sur YouTube, vous êtes peut-être tombé sur des images de plaisanciers qui se battent contre les vagues et les eaux troubles à Baker’s Haulover Inlet, en Floride. Très peu d’entre eux portent des gilets de sauvetage. C’est comme regarder un match de hockey et attendre que la bataille commence : tôt ou tard, ces gens seront jetés par-dessus bord. Dans ces circonstances, puisqu’il y avait des gens tout autour, ils ont rapidement été secourus. Dans la plupart des autres cas, cependant, l’atterrissage dans l’eau ne se termine pas bien. Vous ne pouvez pas prévoir quand cela se produira et votre chute ne sera probablement pas remarquée par les personnes qui se tiennent sur le rivage.

Peut-être que le bateau a heurté quelque chose. Il a peut-être changé de direction soudainement. Peut-être qu’il y a eu un événement lié à la météo, ou peut-être même une vague. Se lever et tomber par-dessus bord est aussi une cause fréquente de noyade. S’il y a autant de circonstances que de victimes, il n’y a qu’un seul élément qui compte : le refus de porter un gilet de sauvetage ou un VFI.

Alors pourquoi ne les portons-nous pas?

La première raison, bien sûr, est tout simplement que les plaisanciers doutent qu’ils en aient besoin le jour de la balade. Vous avez déjà regagné la côte sans en avoir un, alors pourquoi en serait-il autrement aujourd’hui? Le temps est bon, et la balade sera courte, près de la rive, et on se contentera de se mouiller ou de nager un peu.

Le problème, bien sûr, est que le moment et le lieu où vous aurez besoin d’un dispositif de flottaison sont imprévisibles. Vous ne pouvez pas être sûr à 100 % que vous n’aurez pas besoin d’un dispositif de flottaison aujourd’hui. Peut-être que vous n’en aurez pas besoin, mais que se passerait-il si vous en aviez besoin?

La deuxième excuse la plus souvent entendue est l’idée que le port d’un gilet de sauvetage est encombrant et que l’on a l’air stupide ou ringard. Pensez à l’apparence que vous aurez si vous ne revenez pas, et réfléchissez à ce que cela signifiera pour vos proches. Trouveront-ils ringard de raconter les détails de votre disparition? Si vous vous inquiétez de la taille d’un gilet de sauvetage ou d’un VFI qui pourrait ne pas convenir, prévoyez un objet gonflable pour tout le monde à bord. Une structure gonflable est un peu plus chère mais, portée comme un gilet léger, elle n’est pas encombrante. En outre, une fois gonflés, les articles gonflables offrent une meilleure flottabilité qu’un gilet de sauvetage ou un VFI ordinaire.

Envisagez d’acheter ceux qui se gonflent automatiquement lorsqu’ils touchent l’eau. Si vous passez par-dessus bord alors que vous êtes inconscient, l’article gonflable vous permettra de garder la tête hors de l’eau et de ne pas vous noyer. Pour ceux qui pensent qu’ils n’en ont pas besoin parce qu’ils naviguent près du rivage, notez que c’est exactement là que la plupart des noyades se produisent. Quelle que soit votre force en tant que nageur, d’autres facteurs peuvent peser dans la balance. Certains risques comprennent les blessures, la température de l’eau et la simple fatigue. Il y a aussi les fatalistes qui, sachant qu’ils ne savent pas nager, pensent qu’ils se noieront probablement lors d’un accident, de toute façon. Est-ce vraiment le cas? Pas du tout. S’ils portaient un gilet de sauvetage, ils pourraient plutôt vivre pour raconter leur histoire.

Il existe des tas d’excuses, mais, au final, la réponse est de toujours, TOUJOURS porter un gilet de sauvetage. Les statistiques sur les noyades continuent de montrer que la plupart des victimes ne portent pas de vêtement de flottaison. Ne faites pas partie des statistiques. Passez en revue votre inventaire et commencez à porter votre vêtement de flottaison! 

About Les Plaisanciers

vérifier aussi

L’hélice, camarade de la navigation

Comment choisir et tirer le maximum de votre hélice. Par le Capitaine Bill Jennings C’est …