Le classique petit bowrider familial se porte très bien.

Il y a 60 ans, soit en 1956, un quatuor formé par Bob Hammond, Bill Gaston, Bob Shoot et Guy Woodard a fondé les bateaux Glastron à Austin au Texas. Dans les décennies qui suivirent, la marque Glastron est devenue un des noms les plus reconnus sur d’innombrables plans d’eau d’Amérique du Nord. Le nom Glastron a même atteint un niveau planétaire de célébrité après une apparition dans un film de la série James Bond, lorsqu’un saut dans un bayou aux Etats-Unis a sans le vouloir établi un record Guinness (la cascade a franchi 110 pieds dans les airs).

Glastron fut par ailleurs un des premiers fabricants à se convertir à la fibre de verre. Leur expérience dans la conception et la fabrication de coques en fibre de verre s’appuie sur pas moins de 50 décennies. Dans les années 1990, Glastron fut vendu au groupe Genmar et adopta la fabrication sous vide VEC. Aujourd’hui, Glastron appartient à Rec Boat Holdings de Cadillac au Michigan. Sa gamme comprend 25 bateaux différents regroupés en quatre familles distinctes.

La série GTS comprend 10 modèles allant de 18 à 24 pieds, incluant trois versions hors-bord. Le GTS 180 est le runabout familial hors-bord d’entrée de gamme de Glastron. Nous avons eu l’occasion d’en faire l’essai à Black Lake près de Coldwater en Ontario. Le bateau mis à notre disposition était propulsé par un hors-bord Mercury 115 quatre temps à hélice 13,25 x 17 en aluminium.

Tous les bateaux Glastron sont livrés sur une remorque assortie. Le léger trajet du concessionnaire jusqu’à la rampe de mise à l’eau nous a montré que le 180 se remorque facilement. Rendu au lac, le Merc 115 a démarré au quart de tour et le bateau a glissé facilement sur l’eau en marche arrière.

À nos yeux, le poste de commande est vraiment réussi, tant côté look que sur le plan fonctionnel.

Le GTS 180 reprend l’approche classique du bowrider familial. Contrairement à plusieurs concurrents toutefois, sa coque n’utilise pas de bois, le système de membrures étant entièrement réalisé en fibre de verre. L’aménagement est typique, avec une section avant ouverte à banquette en U cachant du rangement facilement accessible sous les coussins de siège. Chaque rangement est fini en tapis afin d’améliorer l’insonorisation et de protéger le contenu. Les places assises sont confortables même pour un adulte de bonne taille.

Le pare-brise enveloppant se distingue en étant constitué d’un pare-brise avant à cadre en aluminium et section centrale articulée, le tout complété par des fenêtres latérales triangulées un peu plus basses que la partie avant. Le tout donne une allure sportive, distincte et intéressante au 180. Les baquets sont confortables et pivotent facilement pour jaser à l’arrêt. Le tableau de bord est particulièrement réussi, tant côté allure qu’ergonomie. Le volant à triple branche en aluminium est inclinable et tombe bien en main. Assis aux commandes, notre tête dépassait à peine au-dessus du pare-brise. Le coffre à skis dans le plancher est immense et la banquette arrière pleine largeur ajoute de pratiques compartiments sous ses coussins.

Les deux petites plateformes à surface matelassée de chaque côté du moteur hors-bord sont efficaces et ajoutent à la polyvalence du 180.

Sur l’eau, la combinaison GTS 180/ Mercury 115 a vite rempli les promesses issues de notre prmière impression. Avec un poids bateau et moteur d’à peine plus de 2 000 livres (912 kg), ce bateau est passablement léger pour un modèle en fibre de verre. Le quatre cylindres en ligne à arbre à cames en tête et huit soupapes du nouveau Mercury 115 n’a eu aucune difficulté à faire déjauger la coque en moins de trois secondes. Ce hors-bord se montre doux et silencieux et procure des reprises nettes à tous les régimes. L’accélération est franche et la poussée solide même en virage serré.

Avec deux personnes, la moitié d’un plein d’essence et l’équipement de sécurité prescrit à bord, nous avons atteint une vitesse de pointe de 42 milles à l’heure. À un régime de croisière bas de 1 200 tours/minute, la coque SSV conserve son cap avec un minimum de corrections à la barre. En augmentant légèrement les gaz et en re-levant le trim, le bateau a produit un sillage assez costaud pour satisfaire les amateurs de wake de la famille, le Merc 115 laissant sentir qu’il avait toute la puissance voulue en réserve. À mi-régime et vitesse de jouet gonflable, la coque SSV tenait bien son cap et, en réduisant légèrement le trim, mordait bien en virage serré. Le couple à moyen régime du moteur est assez costaud pour remorquer des jouets ( et des riders…) de bonne taille. À pleins gaz, le GTS 180 est excitant, surtout lorsque vous êtes installé dans la section avant ouverte. Il demeure néanmoins solidement planté et affiche un comportement tout à fait sécuritaire.

Le coussin articulé du siège du capitaine sera apprécié, en outre lors de la pratique de sports nautiques.

Même s’il s’agit d’un modèle d’entrée de gamme, le GTS 180 fait honneur à la réputation de Glastron tant au niveau de la qaulité de fabrication, la finition, la robustesse et la performance générale sur l’eau. Ce petit runabout familial facile à remorquer et entreposer vous procurera des années de plaisir à bon compte.

SHARE
Previous articleCarver C52 Coupe
Next articleLes Plaisanciers 31-1